affliction


affliction

affliction [ afliksjɔ̃ ] n. f.
• 1050; bas lat. afflictio affliger
Littér. Peine profonde, abattement à la suite d'un coup du sort, d'un grave revers. détresse, tristesse. Être plongé dans une profonde affliction. « De l'accablement on monte à l'abattement, de l'abattement à l'affliction » (Hugo). ⊗ CONTR. Allégresse, joie.

affliction nom féminin (latin ecclésiastique afflictio) Peine profonde ; abattement, détresse. ● affliction (citations) nom féminin (latin ecclésiastique afflictio) Sénèque, en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe Cordoue vers 4 avant J.-C.-65 après J.-C. Le remède le plus honteux à l'affliction chez un homme raisonnable, c'est de guérir par lassitude. Turpissimum est in homine prudenti remedium moeroris lassitudo moerendi. Lettres à Lucilius, LXIIIaffliction (synonymes) nom féminin (latin ecclésiastique afflictio) Peine profonde ; abattement, détresse.
Synonymes :
- désespoir
- désolation
- détresse
Contraires :
- allégresse

affliction
n. f. Litt. Peine morale, douleur profonde. Deuil qui plonge une famille dans l'affliction. Syn. chagrin, tristesse, désolation.

⇒AFFLICTION, subst. fém.
A.— Souvent au plur. Épreuve qui cause une profonde douleur :
1. La liberté dont je suis privé a grandi dans mon imagination : elle me ressemble comme une sœur. Si le privilège d'être aimé m'a été retiré, c'est avec les couleurs d'un désir intact que ma pensée me représente la créature à qui tant d'infortune me reprend. Si une telle affliction ne m'a pas réduit au désespoir, c'est que ma voix m'est restée.
J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1935-1936, p. 80.
2. Et même, lui qui s'était trouvé incapable de secourir le malheur qui l'entourait, il fut saisi d'une fièvre intrépide à la pensée de combattre les grandes afflictions ravageant le monde.
G. ROY, Bonheur d'occasion, 1945, p. 459.
En partic., dans le domaine relig. Épreuve douloureuse envoyée par Dieu. Les afflictions qu'il plaît à Dieu de nous envoyer. (Ac. 1798-1932) :
3. Ô Mathilde! De quoi te plains-tu? Ne sais-tu pas ce qui t'attend? Pour des épreuves de peu de jours, des afflictions de quelques heures, des misères qui passent ne sais-tu pas ce que Dieu t'a promis?
Mme COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 353.
4. Vous êtes ma nièce, ma chère fille, et je voudrais vous donner, plus qu'à pas une autre, une parole de soulagement. Mais il n'appartient pas à une créature de donner du soulagement dans une affliction; c'est un office que Dieu a retenu pour soi seul. Et quel besoin de soulagement? Vous souffrez et vous avez l'amour de Dieu. Vous avez tout.
H. DE MONTHERLANT, Port-Royal, 1954, p. 1003.
Rem. Syntagme d'orig. biblique le pain de l'affliction. La douleur qui est le lot d'ici-bas (génitif hébraïque). Cf. dans le psaume 42, verset 4, l'expr. manger le pain des larmes, au sens de « être dans l'épreuve » (cf. DHEILLY 1964, s.v. pain).
B.— Douleur profonde, généralement durable, accompagnée d'un abattement de l'esprit causé par un événement malheureux :
5. Mais ces traités et cette soumission à l'ennemi du royaume jetaient dans une profonde affliction beaucoup de gens, même parmi ceux qui étaient attachés au duc de Bourgogne.
P. DE BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 4, 1821-1824, p. 306.
6. Ici l'homme cache aux autres ses propres tumultes, dans le dessein de les apaiser. Il se renferme, non pour tromper, mais pour ne pas se tromper. La toge couvrait même le visage, dans les grandes afflictions. On cite le trait sublime de ce peintre ancien qui ne sut représenter la douleur d'un père que par une figure ainsi voilée.
ALAIN, Système des beaux-arts, 1920, pp. 227-228.
En partic., dans un contexte relig. Douleur profonde causée par une épreuve envoyée par Dieu :
7. LA FOI. — Tous les maux sont légers si tu songes qu'il les commande et qu'il a ordonné que tu les éprouves. L'ESPÉRANCE. — Mais l'affliction est suivie de la joie, la douleur aura sa récompense.
ANTOINE. — L'affliction me débordait et j'étais écrasé par la douleur.
LA CHARITÉ. — Tu souffrais pour toi seul; le Christ, lui, a souffert pour les autres. Que n'immolais-tu ta souffrance dans la pensée des siennes? Ton supplice t'eût paru doux à la tendre recordation du calvaire.
G. FLAUBERT, La Tentation de saint Antoine, 1849, pp. 331-332.
8. Devant les tribulations, le chrétien — qui est encore dans le monde! — ressent de l'« affliction ». Il sait qu'elle est passagère (Ap. 21.4; 22.12), mais que pour le moment elle fait intimement partie de son existence de chrétien.
ALLMEN 1956, s.v. persécuter.
Rem. Syntagmes rencontrés : grande, extrême affliction, affliction mortelle (Ac. 1798-1932); profonde affliction, plonger dans l'affliction, être dans l'affliction (ROB.).
P. méton.
1. Dans un cont. relig. Personne plongée dans l'affliction :
9. Mon ami, tant que nous n'aurons pas pour le bien ces mêmes élancements de cœur et cette même vélocité de pieds que nous avions dans le mal, tant qu'à la première annonce d'un frère inconnu souffrant, d'une affliction à visiter, d'une misère à adoucir, nous ne courrons pas ainsi par les rues, murmurant, chemin faisant, des projets d'amour, laissant déborder des paroles de miséricorde, de manière que les passants se retournent et nous jugent insensés, nous ne serons pas des hommes selon la sublime folie de la Croix, des convertis selon le Christ de Dieu.
Ch.-A. SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, pp. 135-136.
2. ICONOLOGIE. ,,Femme assise, la tête penchée, le visage empreint de douleur, le front rétréci, les sourcils baissés, les yeux obscurcis, les joues affaissées.`` (BESCH. 1845).
Prononc. ET ORTH. :[]. — Enq. ://. — Rem. FÉR. Crit. t. 1 1787 propose la graph. afliction avec un seul f.
Étymol. ET HIST. — 1. Ca 1040 « état de celui qui est frappé de coups douloureux au physique et au moral » (Alexis, st. 72e ds GDF. Compl. :Metent lur cors en granz afflictiuns); le sens purement phys. disparaît apr. Trév. 1752; 2. 1174 « humiliation » (Thom. Cantorb., p. 65, v. 26 ds GDF. Compl. :Venge le sanc des tuens, Deus, qui est espanduz, E les afflictiuns, dunt numbres n'est ouz).
Empr. au lat. chrét. afflictio « état de celui qui est plongé dans le malheur » (Vulg. Gen., 31, 42 ds TLL s.v., 1230, 64 : afflictionem meam et laborem manuum mearum respexit deus).
STAT. — Fréq. abs. litt. :368. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 996, b) 539; XXe s. : a) 417, b) 174.
BBG. — ALLMEN 1956. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BONNAIRE 1835. — DAIRE 1759. — DUP. 1961. — FÉR. 1768. — Gramm. t. 1 1789. — GUIZOT 1864. — LAF. 1878. — SARDOU 1877. — SOMMER 1882. — Synon. 1818.

affliction [afliksjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1050; du bas lat. afflictio, de affligere. → Affliger.
1 Littér. Peine profonde, abattement à la suite d'un événement pénible, d'un grave revers. Abattement, chagrin, déchirement, désolation, tourment. || L'événement le plongea dans une grande, une profonde affliction. Désespoir, détresse, tristesse. || Être dans l'affliction. || Jeter qqn dans une profonde affliction. || L'affliction de qqn, son affliction. || Prendre part à l'affliction de qqn. Deuil, peine.
1 Affliction, du latin affligere, frapper, renverser, est le nom d'une peine produite par le vent de l'adversité qui abat l'édifice de notre bonheur, par un revers de fortune, par une catastrophe, par la perte d'une personne qui nous est chère. De plus, l'affliction éclate; elle se manifeste par le deuil, par des pleurs et des gémissements (…)
Lafaye, Dict. des synonymes, V. Consolation.
2 Certains compliments de consolation
Qui sont surcroît d'affliction.
La Fontaine, Fables, VIII, 14.
3 Dieu, qui voyez mon trouble et mon affliction (…)
Racine, Athalie, V, 7.
4 Si de tous les hommes les uns mouraient, les autres non, ce serait une désolante affliction que de mourir.
La Bruyère, les Caractères, XI, 43.
4.1 (…) le roi mon oncle, au lieu de témoigner de l'affliction en voyant le prince son fils dans un état si affreux, lui cracha au visage (…)
A. Galland, les Mille et une Nuits, t. I, p. 120.
(Contexte relig.). Douleur provoquée par une épreuve envoyée par Dieu.
2 Littér. (Une, des afflictions). Souvent au plur. || Des afflictions : des épreuves qui provoquent une peine profonde. Épreuve, catastrophe, malheur, tribulation, vicissitude. || Vivre dans les afflictions.
5 Dans mes afflictions, dans toutes mes traverses et tous les chagrins inséparables de la misère humaine (…)
Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 413.
CONTR. Allégresse, contentement, joie, jubilation, plaisir, ravissement, réjouissance, satisfaction. — Consolation, soulagement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Affliction — Af*flic tion, n. [F. affliction, L. afflictio, fr. affligere.] 1. The cause of continued pain of body or mind, as sickness, losses, etc.; an instance of grievous distress; a pain or grief. [1913 Webster] To repay that money will be a biting… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • affliction — Affliction. s. f. v. Peine de corps ou d esprit. Sensible, extrême affliction. affliction corporelle. affliction d esprit. les afflictions que Dieu nous envoye. tomber en affliction. quelle affliction! recevoir les afflictions de la main de Dieu …   Dictionnaire de l'Académie française

  • affliction — AFFLICTION. s. fém. Déplaisir et abattement d esprit. Grande, extrême affliction. Affliction sensible. Cela lui causa une affliction mortelle. Les afflictions qu il plaît à Dieu de nous envoyer …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • affliction — [ə flik′shən] n. [ME affliccion < OFr affliction < L afflictio] 1. an afflicted condition; pain; suffering 2. anything causing pain or distress; calamity SYN. AFFLICTION implies pain, suffering, or distress imposed by illness, loss,… …   English World dictionary

  • Affliction — Título Aflicción (España) Días de furia (Hispanoamérica) Ficha técnica Dirección Paul Schrader Reparto Estados Unidos …   Wikipedia Español

  • affliction — I noun adversity, agony, bereavement, burden, calamity, casualty, catastrophe, curse, destruction, deterioration, disability, disease, disorder, encumbrance, evil, hardship, illness, indisposition, infirmity, misadventure, mischance, misfortune,… …   Law dictionary

  • affliction — (n.) c.1300, from O.Fr. afliction (11c.), from L. afflictionem (nom. afflictio), noun of action from pp. stem of affligere (see AFFLICT (Cf. afflict)) …   Etymology dictionary

  • affliction — visitation, *trial, tribulation, cross Analogous words: adversity, *misfortune, mischance, mishap: *distress, suffering, misery, agony: anguish, *sorrow, grief, woe, heartbreak Antonyms: solace, consolation Contrasted words: relief, assuagement,… …   New Dictionary of Synonyms

  • affliction — [n] hurt condition; something that causes hurt adversity, anguish, calamity, cross, crux, depression, difficulty, disease, disorder, distress, grief, hardship, illness, infirmity, misery, misfortune, ordeal, pain, plague, plight, scourge,… …   New thesaurus

  • affliction — Affliction, Afflictus, huius afflictus, Afflictio, Vexatio …   Thresor de la langue françoyse